Un blog Travellerspoint

Parc National de Komodo, Rinca, Indonesie

25 °C
Voir Asia2007 sur la carte de rotch.

Parc National de Komodo, Rinca, Indonesie

A l'abordage moussaillons, au ferry les amis!

Au programme : lever a 4 h 30, minibus de fumeur seulement jusqu'a 7h en direction du port, attente du départ du traversier jusqu'à 8h, jusqu'à 9h, jusqu'à 10h, jusqu'à 11h, jusqu'à midi, jusqu'a 12h30! Et voilà le bateau bouge! Tels sont les transports indonésiens!

Malgre ces légers désagréments, nous devions être dans de bonnes grâces, car le destin de l'explorateur nous apporte une rencontre qui agrémentera agréablement notre prochaine semaine. Un couple de Québecois forts sympatiques fait son apparition sur ce bateau. Avec Alex et Veronique, on échange rires, souvenirs des derniers mois et peanuts salées le long de la traversée.

Indonesia_..uewater.jpg

Traversée qui devait nous larguer sur l'île de Komodo au passage, mais qui n'est maintenant qu'un aller simple pour le village portuaire de Labuanbajo sur l'île de Flores. Notre arrivée tardive, sans cérémonie, nous pousse de fatigue vers des chambres à prix apoplectiques! Ce qui nous entraîne vers un partage à 4 de la pièce pour passer la nuit.

D'emblée, les habitants de cette île à majorité chrétienne nous apparaissent physiquement différents des habitants des îles précédentes. Ils sont plus foncés de peau, les cheveux grisous et de taille plus petite. De vrais papous descendants des nains de Flores. Flores qui, pour votre gouverne, signifie fleur en Portugais, ce peuple ayant colonisé l'île lors des siècles derniers. Fin de l'aparté, tombons dans le vif du sujet, le plat principal : les dragons de Komodo.

Ces monstres aussi appelés varans et ora en indonésien sont ni plus ni moins que les plus gros lézards du monde! Ils ne vivent que sur l'île de Komodo (1300 dragons) et sur l'île de Rinca (1200 dragons), pour une population mondiale de 2500 têtes de pipe. Ils peuvent vivre jusqu'à 50 ans et, fait étonnant, il y a 4 fois plus de mâles que de femelles chez cette espèce. Le phénomène ne serait toujours pas expliqué.

Nous tentons donc de mettre le cap vers le parc national dans le but d'observer la créature en pleine liberté. Pas facile de négocier les bateaux de pêcheurs pour s'y rendre, car aucun transport public n'est organisé. Grace à la débrouillardise, la patience du quatuor et l'éloquence de Karine en indonésien, nos palabres finissent par déboucher vers une barque prête à partir, remplie d'habitants du village de Rinca (prononcer Rincha, vous-ai déjà dit?).

Quelques heures et quelques noeuds marins plus tard, nous aboutissons sur ladite île abritant les monstres. Dès notre arrivée, nous en apercevons deux prêts du village. Un mâle et une femelle en pleine mating season. Ils sont si gros et si puissants, une chance qu'ils ne se déplacent pas à plus de 10 kilomètres/heure, car ils font très peur. Pour preuve: un Indonésien est mort d'une morsure surprise sur l'île de Komodo le mois dernier. Il a succombé à cause des bactéries infestées transmises par le carnivore. Je me permets tout de même de les appeler affectueusement Ulysse et Sheherazade!

Avant la tombée de la nuit, nous assistons à un combat de couple entre les deux dragons à sang froid qui se colletaillent à grands coups de queue. Disons que leurs cris sourds ressemblant à un ténor des abysses s'asphyxiant dans une bonbonne sans oxygène nous laissent un tantinet anxieux, protégés uniquemen de notre shack à planche mince. Pas besoin de dire que nous sommes les seuls touristes à y passer la nuit. Brrrrrr. Un peu de réconfort toutefois. Les villageois nous disent qu'il ne faut pas s'en faire, ces créatures ne mangent qu'une fois par semaine et que nous sommes sur une date chanceuse. Ouf, on peut faire de beaux rêves!

Au petit jour, le lendemain, après un copieux banana pancake, nous partons, advienne que pourra, en expédition a l'intérieur de l'île. Minute, nous ne sommes pas seuls, nous sommes bien sur flanqués d'un Ranger — sorte de guide du parc — muni d'un simple bâton de bois avec un emboût en Y.

Indonesia_..ndscape.jpg

Indonesia_Rinca_Sea.jpg

Après plus d'une heure de marche, on réussit à voir un buffle agonisant au fond d'un ruisseau. Il y gît, selon le guide, à cause d'une vilaine morsure de varan affligée quelques jours plus tôt. Nos yeux avides du reptile en liberté n'ont pas été laissés en reste bien longtemps, un varan se pointe le bout des griffes dans les feuilles mortes prêt du cours d'eau. Nous étions tous énervés de voir s''il avait faim (de buffle s'entend). La perspective de l'achèvement final faisait saliver nos envies de spectaculaire.

Mais après quelques lichettes et crépitements d'appareils photos, notre monstre est reparti se faire dorer la couenne dans les sèches prairies; indiférent de son festin qui se meure.

Malheureusement pour vos instints de voyeur, nous avons perdu presque toutes les photos de cette journée.
Par chance, vous pouvez admirer ce cliché de l'émoi de ces créatures si voraces, pris à notre retour au village. Cette scène nuptiale entre Ulysse et Sheherazade nous laissera une empreinte de romantisme sans pareille.

Indonesia_..meeting.jpg

À bientôt!

— François

Suivez les nouvelles aventures de François et Karine lors du tour du monde 2011-2012 ici
http://chroniquesduvastemonde.com

Posté par rotch 21:55 Archivé dans Indonésie Tagué park indonesia island national lizard reptile komodo rinca Commentaires (0)

(Articles 10 - 10 sur 40) « Page .. 6 7 8 9 [10] 11 12 13 14 15 16 .. »