Un blog Travellerspoint

Gunung Bromo, Java, Indonesie

0 °C
Voir Asia2007 sur la carte de rotch.

Ameches, amigos and friends,

Comme toute bonne chose a une fin, l'heure est venue de plier bagage et de retourner au bercail. Je take the money et je go johnny go. Demain, nous prendrons l'avion et nous refoulerons ces terres natales si adorées.

Mais avant, un petit dernier récit de voyage. Notre périple à l'autre bout du monde se termine donc comme suit.

Une fois rendus à l'est de Flores, à Maumere précisément, nous prenions l'avion pour revenir à Bali. Un avion prévu à 7 h 30, que nous avions même pris la peine de reconfirmer quelques jours au préalable. Dans cette ville, sans intérêt, rappelons-le, le SEUL moyen de se rendre à l'aéroport est la moto!! (Communement appelé « ojek» ici-bas.) Avec un gros sac de 70 lbs, disons tout bonnement que c'est plutôt précaire!

Indonesia_Bromo_Ojek.jpg

Mais comme les moyens de transport sont d'une fiabilité pile-poil ici, l'avion n'arrive en piste que vers midi et décolle vers 14 h. Ataboy! On n’a pas grand à faire à part regarder cette station d'essence de la rue voisine.

Indonesia_.._Bensin.jpg
Bensin station

Paraîtrait même qu'on a été chanceux que l'avion parte en retard puisque parfois elle part plusieurs heures en AVANCE sans avertissement! Qui plus est, on ajoute une escale au Timor occidental (oui oui occidental lopin de terre appartenant à l'Indonésie). Laissez-moi vous dire que c'est sec en batinse ce coin-là pis qui n’a foutrement rien à voir. D'infîmes huttes de paille sont décelables du haut des airs et quelques pauvres paysans ont pratiquement les pieds sur la piste d'atterrissage, bouche bée de voir un tel monstre d'acier atterrir dans leurs cours. Bref, on arrive 10h plus tard que prevu, gracieuseté de Merpati Nusantara Airlines.

Après une journée de repos à Kuta, Bali, on se lance dans la dernière des grandes épopées. Pour boucler la ceinture de feu, on s'attaque à une des plus belles merveilles du pays et du monde, le volcan Bromo situé sur l'ile de Java. Que de joie pour un informaticien de fouler Java! Pour ceux qui ne pigent pas, vous n'êtes pas assez geek, too bad. Java est l'île la plus peuplée de l'Indonésie, plus de la moitié de la population du pays. On y trouve la plupart des grandes villes, dont Jakarta, la capitale.

On arrive donc de nuit à Cemoro Lawang, à flanc du cratère géant formé par la région montagneuse du Tengger qui abrite la surprise qui dort. En attendant, on peut admirer la Voie lactée, bien crémeuse comme à l'habitude dans ce pays si fascinant, répètons-le.

Le lendemain, bien avant l'aube, tuque flanquée, on descend dans le cratère pour observer le lever du soleil sur le Bromo en tant que tel et au pied du mont Batok.

Indonesia_..Volcano.jpg
Le Batok

Indonesia_..ngBromo.jpg
Le Bromo

Le Bromo fume beaucoup plus qu'avant, selon Karine, qui à la chance d'y revenir pour une deuxième fois. Nous avons beaucoup de difficulté à respirer sur le bord de son cratère ce qui fait qu'on revient subito sur nos pas.

Indonesia_..nCrater.jpg

Du lieu, on marche quelques heures pour atteindre un pseudo-belvédère en ruine. De là, nous pouvons saisir toute la force de l'endroit, d'une beauté digne du film Baraka.

Indonesia_..lcanoes1.jpg

Indonesia_..lcanoes2.jpg

Depuis le belvédère, on peut observer un 3e sommet en arrière-plan, le Semeru, plus haut point de l'ile de Java.

Indonesia_..Smoking.jpg
Le fumant Semeru est un volcan actif qui émet chaque jour d'importants jets de fumée. Au point ou il n'y a presque plus de feuilles dans les arbres sur la route de retour qui passe à proximité!

Pour les derniers moments à Bali, on fait les gros vegetables. On côtoie les touristes australiens et les adeptes de la glisse dans ce paradis du surf qui tiendra prochainement la conférence post-Kyoto. Ce sont les pieds dans l'océan, au milieu de cet univers unique de l'île hindouiste, ce qui nous ramène un peu à nos débuts, que nos péripéties s'achèvent. Demain, le voyage termine sa route en passant par Tokyo, la plus grande ville du monde, jusqu'à Toronto, puis finalement aboutir sur le PET airport de Montréal. Home sweet home.

En fin de course, j'aimerais vous dire un gros merci de nous avoir lu et surtout d'avoir suivi nos aventures. J'espère qu'on ne vous a pas trop titillé avec notre verbiage délirant et que vous avez eu beaucoup de plaisir à découvrir ces parties du monde avec nous.

C'est avec le sourire en coin, qu'on pense à vous pis qu'on est très fébrile de vous revoir pis de vous piquer une très longue jasette.

Indonesia_..lcanoes.jpg

Le monde extérieur est si vaste. D'autant plus l'est celui intérieur. J'sais ben pas si ça s'dit, mais j'pense ben que vous voyez qu'l'idée est la!

— François

Suivez les nouvelles aventures de François et Karine lors du tour du monde 2011-2012 ici
http://chroniquesduvastemonde.com

Posté par rotch 05:39 Archivé dans Indonésie

Envoyer cet articleFacebookStumbleUpon

Table des Matières

Commentaires

Votre fidèle lectrice vous attendra au pet airport de Montréal le coeur rempli de joie.

Suite à la dernière phrase de votre merveilleux récit, je voudrais en toute modestie dire que la beauté et la richesse intérieure qui habite déjà
vos âmes de jeunes adultes, nous ont permis de constater ...oui comme le monde est vaste et comme la beauté et la joie cotoient de si près la laideur et la souffrance.

Je vous aime, merci encore
Diane

par Rotch-Mom

Welcome home Buddies!

The TRIPPIEST people I've ever known!!!!!

par iamstoke

Un ti post-mortem pour le plaisir

IL NOUS FAUT REGARDER

Derrière la saleté
S'étalant devant nous
Derrière les yeux plissés
Et les visages mous
Au-delà de ces mains
Ouvertes ou fermées
Qui se tendent en vain
Ou qui sont poings levés
Plus loin que les frontières
Qui sont de barbelés
Plus loin que la misère
Il nous faut regarder

Il nous faut regarder
Ce qu'il y a de beau
Le ciel gris ou bleuté
Les filles au bord de l'eau
L'ami qu'on sait fidèle
Le soleil de demain
Le vol d'une hirondelle
Le bateau qui revient

Par delà le concert
Des sanglots et des pleurs
Et des cris de colère
Des hommes qui ont peur
Par delà le vacarme
Des rues et des chantiers
Des sirènes d'alarme
Des jurons de charretier
Plus fort que les enfants
Qui racontent les guerres
Et plus fort que les grands
Qui nous les ont fait faire

Il nous faut écouter
L'oiseau au fond des bois
Le murmure de l'été
Le sang qui monte en soi
Les berceuses des mères
Les prières des enfants
Et le bruit de la terre
Qui s'endort doucement

Jacques Brel - 1953

par rotch

Ce blog nécessite d’être un membre connecté à Travellerspoint pour mettre des commentaires.

Entrez vos informations de connexion Travellerspoint ci-dessous

( Qu’est-ce que c’est ? )

Si vous n’êtes pas encore un membre de Travellerspoint, vous pouvez nous rejoindre gratuitement.

Rejoignez Travellerspoint