Un blog Travellerspoint

Varanasi, Inde

40 °C
Voir Asia2007 sur la carte de rotch.

Le train trans-Uttar-Pradashien de Ramnagar vers Varanasi n'avait pourtant qu'environ 500 km à franchir avant d'atteindre la ville sainte. Un petit trajet de 12h qui en a finalement pris 24!

Notre écoeurantite de l'Inde était déjà à son apogée, cette ride a fait une fois de plus sauter la marmite. Karine s'est fait fixer à l'indienne (encore une fois) par un jeune voyeur à bord du train. Elle était couchée sur la banquette et lui l'observait de l'extérieur, debout près de la porte. L'impression d'être des bêtes dans un zoo refait surface. Malgre un avertissement sec de Karine et des regards continuels de mâle alpha de ma part, l'horrible jeune moustachu ne dément pas. Karine doit lui lancer des hurlements bien salés en lui garrochant sa gourde par la tête. D'autres Indiens s'approchent de la scène et trouvent ça bien drôle... nous on trouve plutôt ça pathétique...

Ici, le paysage est morne et sec. La bobine des bleds perdus défile sans cesse par la fenêtre. C'est la famine, il n'y a rien a manger de tout le trajet à part des concombres déjà épluchés infestés par les mouches et manipulés dans la plus grande hygiène... Nous arrêtons à chaque station pour laisser passer d'autres wagons lambinant à peine plus rapidement que les nôtres sur l'unique rail de la ligne... Si ce n'était que de Varanasi, il y a déjà belle lurette que nous filerions vers le Népal!

Varanasi_NarrowStreet.jpg

— Francois

Nous sommes maintenant a Varanasi, autrefois nomme Benares, la principale ville sainte de l'Inde et la cite du dieu hindou, Shiva. Il va sans dire que cette ville est le miroir de l'Inde : toutes les caractéristiques typiques de ce pays y sont présentes. S'il y a une seule ville que vous souhaiteriez aller en Inde, c'est bien celle-là. Les vaches sacrées et les énormes flaques d'excréments qui viennent avec, les chiens galeux, les coquerelles, les motos qui klaxonnent aux 2 secondes et qui passent près de nous frapper, les Indiens que ce soient autant les citoyens ben ordinaires que les pèlerins nu-pieds, les mendiants ou les sadhus (hindous qui passent leur vie à méditer et qui sont souvent vêtus de tuniques blanches ou oranges avec parfois de longues barbes ou des cheveux longs).

Varanasi_Sadhus.jpg

Varanasi_Ghat.jpg

Chaque jour, des milliers d'Indiens viennent se tremper dans les eaux du Gange afin d'être purifiés de leurs péchés. Mourir à Varanasi est un honneur pour moult Indiens et ce n'est pas pour rien que nous croisons beaucoup de personnes âgées. Cela donne un autre cachet à la ville, car nous côtoyons toutes les générations Indiennes... des jeunes qui adoptent de plus en plus la pensée occidentale avec leurs cellulaires par milliers aux plus âgés qui s'habillent de façon traditionnelle et qui ont des moeurs plus "indiennes". Lorsque le corps mort d'un Indien se fait incinéré et qu'il est jeté dans le Gange, celui-ci sort automatiquement du cycle des réincarnations, tout un privilège pour ces défunts sortis de leur caste!

Varanasi_C..erShore.jpg

Varanasi_K..kREdDot.jpg

Partout dans la ville, il y a des statues de dieux hindous ou les Indiens peuvent aller prier et leur faire des offrandes. Ces dernières sont souvent caractérisées par des bouquets ou des couronnes de fleurs de couleurs variées placées dans des petits pots cuivrés ou carrément dans une vulgaire assiette de carton blanc qui accompagne nos hot-dogs l'été! Les Indiens envoient toute cette polution se balader sur le fleuve pour les offrir à leurs dieux.

Démystifions justement la fameuse qualité de l'eau du Gange. Malgré ce que je m'étais imaginée, l'eau n'est pas brune, mais bel et bien bleu foncée! Toutefois, avec les incinérations faites sur la rive et les débris d'offrandes flottants a l'orée des ghats, on peut corroborer qu'il est pas mal plus pollué que nos rivières Magog et St-Francois. Même le St-Laurent est très propre! Chaque jour, le Gange reçoit les restes de quelque 475 cadavres humains, de 1 800 tonnes de bois utilisées pour les crémations et environ 10 000 carcasses d'animaux. (source: wikipedia) De plus, les coliformes fécaux sont présents de 1,5 million d'unités par décilitre tandis que le maximum autorisé pour une eau correcte est de 500 unités. Y'a rien là se baigner dans le Gange! En tout cas, cela ne semble pas rendre nerveux les Indiens qui s'y baignent à profusion et qui ont encore toutes leurs jambes, car ce n'est pas toujours le cas pour leurs dents! Nous avons même vu deux Indiens faire la traversée matinale du Gange en effectuant des longueurs sous-marines et j'ai vérifié : ils étaient encore vivants rendus sur l'autre rive! Quelle victoire!

Varanasi_Sunrise.jpg

La vieille ville de Varanasi, où nous logeons, est mystique et fort belle. Avis aux claustrophobes; les rues sont larges d'un à deux mètres! Difficile de s'orienter dans ces dédales orientales. Chaque pas est une nouvelle odeur. C'est tout un challenge de passer par-dessus les gros boeufs qui stagnent dans les rues, contourner les enfants, les chiens qui se grattent ou qui se battent, les bouses et surtout, tenter de se frayer un chemin parmi les Indiens qui ne se gênent pas pour te pousser afin de passer plus vite! Quelle galère!

Varanasi_FrankCrew.jpg

Nous sommes allés voir un corps brûlé un bon soir avec toute la cérémonie et les rites reliées a l'incinération. Autour de nous, il y avait au moins 10 autres feux qui consumaient des restes de corps. Malgre la fumée étouffante, l'air ne sentait pas le cadavre, mais le vieux bon feu de la St-Jean!

Maintenant, le Népal nous attend avec ses splendides montagnes et sa tranquillité, souhaitons-le!

- Karine

Suivez les nouvelles aventures de François et Karine lors du tour du monde 2011-2012 ici
http://chroniquesduvastemonde.com

Posté par rotch 02:52 Archivé dans Inde

Envoyer cet articleFacebookStumbleUpon

Table des Matières

Commentaires

Wow !

que d'aventures ! C'est tout simplement grandiose et magique vos histoires à faire rêver... d'ailleurs depuis mon cours de Traitement d'Images, je crois que mon esprit s'envole quelque peu vers l'Est... Continuez d'apprécier chaque instant et de vous remplir d'énergie, vous vous êtes offerts une belle chance !

Bon Népal et bon repos, j'espère que l'Inde vous aura beaucoup apporté !

@+

Louis

par louiss

Quels récits merveilleux, quel extraordinaire cadeau vous nous faites.Merci de partager des morceaux de votre voyage, des brides de vos moments de vie.
Je vous aime et attends la suite de votre parcours avec impatience.Tendres câlins Mom XXX

par Rotch-Mom

C'est le fun de vous lire! Concernant Varanasi, j'avais deja ecrit quelques trucs dans mon petit calepins que je vais vous partager.

On fondait beaucoup d'espoir en cette ville unique au monde, une des plus vieilles de l'humanite. Mark Twain, un des pilliers de la litterature americaine (auteur de Tom Shawyer) en avait deja dit: "Varanasi est plus ancienne que l'histoire, plus ancienne que la tradition, plus ancienne meme que la legende; elle semble deux fois plus ancienne que tout cela reuni" De plus, Louis et Etienne nous avaient confie qu'il s'agissait de leur ville preferee en Inde. On arrivait donc dans la cite avec un engouement mystique melee a une fatique evidente de du pays.

Premiere impression de notre arrivee de soir: Les dedalles orientales de la vieille ville se deploient telles un labyrinthe de pierre pour claustrophobes amateur. C'est fantastique, c'est un condense de ce que nous avons les plus aime. les attentes ne sont pas decues! Ici,chaque pas est une odeur etonnament variee et agreable. les sadhus va-nu-pied cotoient les enfants dans une atmosphere mythique. On peut reprendre le meme chemin plusieurs fois sans ne jamais vraiment etre perdus. Il y a beau avoir des chiens galleux, des coquerelles a volonte gisants dans des ruelles dignes de films d'horreur, de la crasse probablement plus vieille que moi, les gens sont dans un etat d'esprit qu'on ne peut difficilement comprendre. Et c'est du mystere de ces gens vivants au fond des dedalles tortueuses que nait l'ambiance de la ville. Une ambiance changeante tout au long de la journee. Le matin, les intouchables s'affairent a balayer les rues et a bruler les dechets de la veille. Les gens boivent le chai dans des tasses d'argile au retour de leur baignade dans le Gange brumeux. L'apres-midi reste toujours a l'ombre de part l'etroitesse des ruelles. Le soir donne lieu a des spectacles sur les ghats ou les biquettes,vaches et chiens assistent aussi calmement que les hindus masses dans l'estrade.

par rotch

En terminant sur Varanasi et l'Inde: Je suis alle voir deux fois les morts brules dans les feux de camps a ciel ouvert. J'ai pu assister a tout le processus. Etonnament, l'ambiance est presque aussi agreable qu'a la St-Jean! Je n'ai vu aucun visage triste ni une seule larme. Les gens parlent tout bonnement autour de la vingtaine de feux brulant en permanence. Ca ne sent vraiment rien de special. En voyant tout ca, je me suis dit que c'etait surement la facon la plus humaine de se debarrasser d'un corps une fois mort. Le tout est fait dans le plus grand des respect et dans une joie quotidienne deconcertante.

Varanasi a marque la fin de nos aventures en Inde. Un pays qui ne se trouve assurement pas dans le meme dictionnaire que le mot "quietude". Le bruit ici est infernal. En voyant Delhi le premier jour du voyage, j'ai eu une vision de l'apocalypse terrestre. Dire qu'ici c'est la meme terre que chez nous! Les indiens (beaucoup trop nombreux) ont en grande partie saccage leur pays.

J'ai ete egalement tres surpris de voir a quel point les indiens ne font rien de leur journee. Il y a des foules qui se dressent le long des rues pres des petits marchands a regarder le temps passer. J'en ai vu qui sont reste eveilles 2h assis dans leur lit a nous regarder le matin a l'aube dans les dortoirs...

Mais ce n'est pas de toute cette pauvrete, surpopulation, chaleur ou destruction du tympan qui nous a marque le plus (on s'y attendait quand meme). C'est vraiment le non-respect des indiens envers les occidentaux et meme envers leur propre population qui est le plus frappant. Des qu'on mets le pied ici, on sent que la plupart des indiens ne nous traitent pas avec egalite. On est en perpetuel combat dans un climat de non-confiance. J'ai probablement passe plus d'heures desagrables ici que d'h. agreables. Est-ce l'effet de la surpopulation ou du capitalisme grandissant?

Pourtant, je suis vraiment heureux d'y avoir mit pied et je continuerai d'y etre marque pour longtemps

par rotch

Ce blog nécessite d’être un membre connecté à Travellerspoint pour mettre des commentaires.

Entrez vos informations de connexion Travellerspoint ci-dessous

( Qu’est-ce que c’est ? )

Si vous n’êtes pas encore un membre de Travellerspoint, vous pouvez nous rejoindre gratuitement.

Rejoignez Travellerspoint